SCHEMA D'AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DES CÔTIERS OUEST COTENTIN
SCHEMA D'AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DES CÔTIERS OUEST COTENTIN

3 enjeux moyens au vu d’écarts existants entre la situation actuelle et les objectifs réglementaires ou de satisfaction des usages

 

Nature de l’enjeu

Hiérarchisation

 

 

 

 

 

 

Qualité des eaux pour la composante pesticides et micropolluants

Zones à enjeux :

  • petits côtiers : nécessité d’étoffer la connaissance.
  • bassins versants du secteur de Créances et particulièrement le Dun : fortes concentrations en pesticides liées en grande partie à la production maraichère
  • bassin versant de la Sienne et de l’Airou en lien avec la production d’eau potable.

 

Axes de travail à développer :

èAmélioration de la connaissance sur les petits côtiers ;

èRéduire les usages agricoles et les transferts au milieu.

 

Axes de travail à développer :

èGérer les rejets des carrières de manière à en limiter l’impact sur la qualité des eaux pour la protection des milieux et la production d’eau potable.

èAméliorer la gestion des eaux pluviales urbaines, notamment au niveau des réseaux routiers.

 

 

Acquisition de connaissances

 

Pour un certain nombre de thématiques (qualité de l’eau, caractérisation des usages et des impacts associés) les données apparaissent partielles et devront être complétées dans le cadre de documents de programmation.

 

 

 

 

 

 

Qualité des eaux pour la composante Paramètres phosphorés

Zones à enjeux :

  • petits côtiers : nécessité d’améliorer la connaissance. Forte sensibilité aux pollutions de par leurs caractéristiques physiques.
  • Bassins du But, de l’Ouve et du Dun : non-respect des seuils de bon état ;
  • bassin versant de la Sienne : enjeux bon état écologique des eaux littorales (objectif de concentration moyenne maximale à venir) ;

 

Axes de travail à développer :

èAmélioration de la connaissance sur les petits côtiers ;

è Améliorer la maitrise de la collecte et du transfert des effluents aux stations de traitement des eaux usées ;

è Réduire les pollutions organiques liées à l’activité maraichère ;

è Maitriser l’érosion et le ruissellement, notamment au vu des évolutions culturales.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Syndicat du Sage Coc